Trois camps, une ville, tout peut arriver . . .
Á Meiland, le calme n'est que de surface. Décimés par l'épidémie mondiale du siècle, les humains peinent à garder le contrôle de la ville face aux métamorphes. Ces animaux capables de prendre forme humaine n'ont pas l'intention de rendre les territoires qu'ils ont acquis. L'alliance avec les vampires permet pour l'instant d'équilibrer les forces, mais les intentions de ces derniers sont parfois loin d'être louables.Dans cette petite ville isolée du reste du monde, il suffirait de bien peu pour mettre feu aux poudres...
Meiland

Trois camps se disputent la ville de Meiland ✖ forum yaoï ✖ avatar 200x400


forum rpg yaoi fantastique futuriste post-apo guerre loups garous métamorphes vampires humains
 

C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb]

✓ Sujet Sain ✓
Walter J. McKenzy
Race : Humain
Age : 32 ans
Puissance :
C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Left_bar_bleue3 / 103 / 10C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Right_bar_bleue

Emploi, occupation : Propriétaire d'un bar (et magouilleur)
Voir le profil de l'utilisateur
#3998 - C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] - Posté le Dim 7 Juil - 22:28.
C'est une histoire de pilier de Bar.
Walter et Lionel ont encore la gorge sèche.



Du bois, et de la pierre. Un ensemble risque et brut qui donnait un certain charme au Night Crawler, entre le petit café réconfortant et la cale de pirate. Le parquet du bar collait encore par endroits. Après tout, ce n'était pas rare que quelques verres soient renversé au cours de la soirée. On ne pouvait pas dire que le bar de Walter était un bar chic. Il était pourtant bien situé, dans le centre-ville, mais Walter n'avait jamais cherché à attirer une clientèle particulièrement haut de gamme. D'autres bars faisaient bien mieux que lui. Lui, il récoltait les poivrots, les piliers de bars, ceux qui cherchaient un endroit où rouler convenablement sous la table. De toute façon, la réputation du Night Crawler ne brillait clairement pas par rapport au goût de son café, mais d'avantage par ses alcools. Il y avait les alcools traditionnels, gin, vodka, martini, rhum, whisky.. puis pour les puis courageux quelques alcools maisons, issus de productions locales. De quoi éclaircir correctement la gorge. Walter avait des accords, avec quelques fermiers du coin. L'un des trucs qui le faisaient tiquer cependant, c'était la police. Même si, en apparence, le Night Crawler respectait correctement la législation, cet endroit n'avait jamais été totalement réglo. Après tout, ce n'était pas comme si Walter l'avait acheté. Il l'avait gagné, si on pouvait dire, parce qu'il savait jouer. Pourtant, il n'avait hérité que d'une bâtisse en ruine, pleine de fuite, jusque dans la tireuse à bière. Fort heureusement, le blond n'avait jamais eut peur de se salir les mains, et touchait sa bille en travaux manuels. Alors, il ne lui avaient fallu que quelques mois pour relancer la boutique. Nouveau nom, nouvelle gueule, nouveau proprio, quasiment les mêmes poivrots. Il ne s'en plaignait pas. Sa boutique tournait comme il le fallait puisque la politique de la maison tolérait que l'on serve la bière avant midi. Dans une ville comme celle de Meiland, cela ne pouvait pas faire plus de mal aux habitants que les métamorphes.

Puis, il y avait l'autre salle. Celle réservée aux amis, et aux autres types de Clients. Les carnets de comptes y étaient parfaitement tenus. Tout comme les carnets de dettes, d'ailleurs. Walter était comme ça. Il avait toujours été prêt à rendre service, du moment que cela finissait par jouer en sa faveur, tôt ou tard. Moins d'une semaine avant, il y avait un enfant métamorphe, assit sur sa table, et un père tout affolé à l'idée de ne pas savoir si son fils allait bien ou non. D'ailleurs, ses fauteuils en cuirs en portaient encore les marques de griffes. Mais il ressortait tout de même gagnant de cette histoire. Après tout, s'assurer de la fidélité et de la parole de quelques métamorphes pouvaient toujours être utile, surtout en tant qu'humain. L'expérience lui avait appris que sauver une vie métamorphe pouvait nous assurer une certaine protection, et reconnaissance. Ils avaient un sens du devoir assez.... particulier. Une chose qu'il ne retrouvait pas chez les vampires, dont il se sentait plus proche, par instant. Depuis son arrivée à Meiland, il avait toujours été comme ça.. le cul entre deux chaises concernant les différentes races. Les métamorphes restaient toujours ceux qu'il craignait le plus, mais certains humains n'étaient pas en reste, non plus.

Meiland était une ville mouvante, une ville de désordre. Tout comme son bar un samedi soir. Il était déjà arrivé qu'il tombe sur l'un de ses employés, entrain d'éponger le sang d'un ex-client. La politique de la maison était assez stricte là-dessus. On évitait les bagarres. Les membres de son personnel étaient majoritairement humains, mais il y avait tout de même un ou deux métas pour gérer la sécurité, et dissuader les perturbateurs, au cas où il viendrait à l'idée à un imbécile de faire un carnage. En journée, l'endroit était assez calme cela dit. Cela puait le tabac froid, l'alcool, et la sueur par moment, mais Walter n'en avait pas grand chose à faire. Les clients restaient... et même si il n'était pas terrible comme gérant improvisé, l'endroit tournait, et n'était pas prêt de fermer.

Il buvait un verre à son propre comptoir ce jour-là. Pas de clients « spéciaux » en vue, pas l'envie non plus de risquer une balade en ville. Il n'y avait que lui, son serveur, quelques clients, et son verre.
Le moment idéal pour croiser un vieux visage connu venu pour s'éclaircir la gorge comme il se devait. Walter avait du temps à perdre.
✓ Sujet Sain ✓
Lionel Lamb
Race : - Humain
Age : - 42 ans
Puissance :
C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Left_bar_bleue3 / 103 / 10C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Right_bar_bleue

Emploi, occupation : Détective privé
Voir le profil de l'utilisateur
#3999 - Re: C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] - Posté le Lun 8 Juil - 1:50.

Dernière édition par Lionel Lamb le Dim 14 Juil - 15:19, édité 1 fois
C'est une histoire de pilier de Bar ft.Walty

Encore une journée chiante.

Je ne vais pas trop m'épancher là-dessus. J'avais dû résoudre une affaire de chiot à trois mille livres volés à la Grand-Mère du quartier ; elle était persuadée qu'il s'agissait de son ex-époux, qui voulait transformer le chihuahua en descente de lit. En réalité, le chien s'était perdu, et il était resté tout tremblotant derrière un pâté de maisons. Qu'est-ce que c'est moche un chihuahua. Et le sien, bon sang. S'il y avait un prix pour le truc le plus immonde existant sur terre, on aurait pu le lui donner sans argumenter. De grandes dents, en avant, de gros yeux globuleux sans âme ; le poil court, avec un ventre gonflé. Le pelage foncé, avec des taches roses et blanches. On aurait dit un cochon qui avait fusionné avec une hyène. En plus, ce truc de merde là, aussi petit qu'un chat, m'avait mordu. Névrosé et apeuré, j'avais quand même pu le ramener à sa propriétaire, qui - je pense - aurait pu me faire l'amour sur place tellement elle était heureuse. Sauf que bon, j'ai des limites ; pas au dessus de quatre-vingt-dix ans.

Je ne compte pas les vampires. Encore moins aux métamorphes. Ni gérontophile ni zoophile, le Lionel.

Bref. J'étais chez moi, en train de soigner ma main comme je le pouvais ; il m'avait mordu au niveau des phalanges. J'avais quatre traces de crocs, et il ne m'avait pas loupé. Ce truc avait une petite gueule, mais bon sang, qu'est-ce que ça pouvait mordre fort. J'avais désinfecté à l'alcool - je n'avais plus d'antiseptique -, et j'avais fait un épais bandage, qui tenait plus ou moins. Une fois que je terminai, je soupirai. J'étais assis dans mon salon, couplé à la cuisine dans un truc à l'américaine. La lumière du soir entrait par les fenêtres sales, mon canapé n'était plus tout jeune, et il donnait sur une télévision que je n'allumais plus depuis des années. Mais à celle-ci, il y avait une vieille console de jeux vidéos que je ne débranchais jamais. D'ailleurs, je m'allumai une clope en soupirant ; je fixai la console un bon moment.

Je faisais tellement pas le ménage que la poussière recouvrait le plancher, les meubles, et qu'on pouvait voir au sol la trace de mes pas. J'inspirai la fumée de cigarette, en gonflant la poitrine jusqu'à sentir mes poumons brûler. J'avais soif. Le coude posé sur la table, je m'enfonçai dans la mélancolie. Au final, je pris mon portefeuille caché dans la poche de mon pantalon. Je coinçai ma clope entre mes dents, et j'en sortis une vieille carte Pokemon. Elle avait au moins trente-deux ans.

Tu vois, j'étais pas soigneux de mes affaires, et de mes relations avec les gens. Mais ce truc, j'y tenais comme la prunelle de mes yeux. Et ça se voyait : elle était triple-slivé. Tu n'as jamais fait de jeux de cartes à collectionner ? Une slive, c'est le machin en plastique dans laquelle on glisse une carte. J'avais mis - donc - une slive transparente, puis une autre, plus épaisse, et enfin la dernière. La carte n'était pas abîmée par le temps, l'illustration était comme neuve, et tu sais, quand on joue beaucoup aux cartes à collectionner, les rebords se dégradent un peu. Là, non.

Cette carte, c'était un Salamèche.

Un autre soupir.

Je rangeai la carte, j'écrasai ma cigarette dans le cendrier : un véritable cimetière. Je me levai en attrapant ma veste. Je réglais mes problèmes comme je le pouvais.

La nuit était tombée depuis longtemps, l'air était chargé d'humidité, et la lune était couverte. Je pouvais paraître inconscient, à sortir comme ça, mais en fait, je m'en foutais. Je rallumai une cigarette en route, mes yeux se promenaient aux alentours. J'avais un visage grave, les sourcils froncés ; là, je ne donnais pas envie d'être accosté. Il y avait bien des jeunes qui m'ont regardé à un moment, mais je n'ai pas spécialement répondu. Pas envie. Ni de me battre ni de faire l'idiot. Eh ouais, ça arrive.

Salamèche, c'est un vieux Pokémon, quand même. Première génération. Il était même dans le starter du tout premier jeu ! Et il avait survécu à des générations d'enfants. C'était honorable.

T'imagines ? Pendant des décennies, t'es condamné à être un truc mignon adoré par les enfants. Même pas le premier, hein, parce que le Pokémon le plus populaire, ça restait Pikachu. T'es le second choix, pas le plan Z, mais le B. Ce n'est pas si mal. Bref.

Je poussai la porte d'un bar, trop familier pour que je puisse me fondre dans la masse. D'ailleurs, j'avais encore la clope au bec, et sans un mot, j'allais à l'arrière. Là, je reconnus une tignasse blonde, des vêtements propres, et l'attitude du gars qui n'avait rien à craindre de l'endroit. Facile, quand on est le proprio. Je haussai les sourcils, et j'inspirai une grande bouffée de nicotine. Je soupirai ensuite la fumée par les narines, et je me ramenai jusqu'au comptoir. Je tirai un tabouret, et j'enlevai ma veste. Je la jetai sur le comptoir, et je remontai mes manches jusqu'aux coudes.

Je posai les coudes sur le comptoir, et j'envoyai un nuage de fumée vers le visage de Walter.

« Fais-moi un Whisky Cola, sans glaçons. J'ai l'humeur à me le jouer poète maudit. »

Je haussai un sourcil, le visage tourné vers lui.

✓ Sujet Sain ✓
Walter J. McKenzy
Race : Humain
Age : 32 ans
Puissance :
C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Left_bar_bleue3 / 103 / 10C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Right_bar_bleue

Emploi, occupation : Propriétaire d'un bar (et magouilleur)
Voir le profil de l'utilisateur
#4000 - Re: C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] - Posté le Lun 8 Juil - 11:58.
C'est une histoire de pilier de Bar.
Walter et Lionel ont encore la gorge sèche.



En parlant d'un visage connu, il y en avait un qui avait rapidement fait son apparition. Comme certains habitués, il n'avait eut aucun mal à atteindre Walter, à l'arrière de son bar. Lionel et lui étaient tout en contraste. Lui, était le gosse qui aurait du crever il y a dix ans, qui avait fini par se construire une identité, et un nom au fil des années. Lionel, lui, était celui qui s'était perdu il y a dix ans.. Qui avait du quitter l'armée et que cette ville n'avait pas épargner. C'était ainsi à Meiland. L'avenir souriait à certains, et crachait à la gueule d'autres. C'était ainsi que les choses tournaient. Tout n'était que la fasse d'une même pièce. Qui sait. Peut-être que dans dix ans, Walter en serait venu à perdre quelque chose de réellement important, et qu'il se retrouverait, comme Lionel, à écumer le fond des bars de Meiland en quête d'un peu d'action. Il l'ignorait. Puis, Walter n'avait pas grand chose à perdre au fond. Il n'avait jamais rien eut.. mais s'était toujours débrouiller pour faire comme si. Pas de famille, pas de personnes particulièrement proche.. cela pouvait sembler triste sur le papier, mais cela facilitait bien des choses. Même ce bar, qu'il avait retapé de ses mains n'aurait pas un impact émotionnel si grand si il le perdait. Il serait déçu, certes, mais pas dévasté. Il lui suffirait de recommencer, encore, et de se reconstruire une nouvelle vie. Du moins, c'est ce qu'il imaginait. Mais Walter savait pertinemment que tout le monde n'était pas comme lui.

Lionel, c'était pas un mauvais gars. Irrespectueux au possible, un brin épave sur les bord, mais lorsqu'il y avait un truc qu'il devait faire, il avait beau râler, se plaindre, traîner.. il finissait par le faire, et c'était une chose que Walter respectait chez son aîné. Parfois, il se disait qu'il aurait aimé connaître l'homme qu'il était, avant que tout cela n'arrive... mais cette idée partait bien vite. Cela ne servait à rien de courir après le passé. C'était avec l'homme qu'il avait devant lui aujourd'hui, qu'il fallait composer.

Il ne bougea pas particulièrement, son verre toujours en main alors que l'autre se mettait à l'aise. Il suivit ses gestes du regard. Tabouret, veste, manches, fumée. Il fronça un peu le nez tout de même.
Pas un bonsoir. Il y était habitué. Ce n'était pas comme ça entre eux. Ce n'était pas tout beau, tout poli. Walter n'aurait pas été jusqu'à dire qu'ils étaient amis. Des amis, ce n'est pas exactement ça... Mais il y avait un truc. Quelque chose de familier qui faisait qu'ils se toléraient l'un l'autre. Walter termina son verre, avant de baisser le regard vers la main de son camarade.


« Un rat t'a mis la misère, c'est ça ? » demanda t-il dans un sourire en voyant l'état de sa main. Il se doutait que se devait être douloureux. Il bougea, allant attraper un verre propre pour le servir lui-même. Un verre, qu'il posa devant lui pour lui laisser l'occasion de se rincer la gueule. Puis, il sortit lui-même une cigarette, parce que ce n'était pas agréable de sentir quelqu'un fumer à côté de lui, et de ne pas s'en griller une aussi. Il prit le temps de l'allumer, et d'en prendre une grande bouffée, avant de reposer son regard sur l'homme qui avait connu la vie avant la guerre.

« Alors dis-moi, le poète, qu'est ce qui t'amènes ce soir ? »  
✓ Sujet Sain ✓
Lionel Lamb
Race : - Humain
Age : - 42 ans
Puissance :
C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Left_bar_bleue3 / 103 / 10C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Right_bar_bleue

Emploi, occupation : Détective privé
Voir le profil de l'utilisateur
#4002 - Re: C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] - Posté le Lun 8 Juil - 12:20.

Dernière édition par Lionel Lamb le Dim 14 Juil - 15:20, édité 1 fois
C'est une histoire de pilier de Bar ft.Walty

« Si tu savais, Walter, la tronche du rat. »

Parce que FRANCHEMENT, les chihuahuas sont des sales bêtes moches. Voilà. Je te l'ai dit. J'aimais bien les chiens, les gros chiens, avec plein de poils, qui remuent la queue à la moindre occasion - pas comme Gabriel, lui c'était plutôt « je refuse de remuer la queue et obéis à mes ordres » - parce qu'ils sont contents. Les chihuahuas, j'avais envie de jouer aux ballons avec, et de marquer des butes si j'arrivais à toucher une poubelle avec. Donc ouais, j'avais mal. Il ne m'avait pas loupé, et c'était avec toute la patience du monde que je m'étais empêché de lui écrasé mon poing dans la truffe sous la douleur. J'avais deux types de colère, la colère chaude qui me faisait péter des câbles et hurler comme un diable. Et la colère froide ; la pire. Celle qui me faisait découper chaque action, analysant la situation, afin de calculer au mieux ce que je voulais. Parfois, les deux se mélangeaient. Tu sais qu'elle n'avait pas compris mon silence, au début ? Elle pensait qu'elle pourrait cacher l'excroissance dans son ventre. Elle avait cru que Lamb n'avait pas l'étoffe d'un détective, mais l'armée, ça t'apprend à savoir qui ment. Elle avait touché mon bras, en faisant mine de s'inquiéter, et le coup était parti.

« Mon Whisky Cola. »

Grognai-je.

Bah quoi ? Je ne perdais pas le nord, hein. Tu crois que j'avais fait me déplacement pour une réunion tupperware ? Bah non. Tu m'as vu dans une réunion tupperware ? Je ne te le souhaite pas, ces réunions, c'est chiant comme pas possible. Ma mère en avait fait pas mal lors de notre adolescence. Elle réunissait ses amies, petites bourgeoises qui faisaient pousser des vers solitaires dans leur estomac pour perdre du poids, autour d'une table pour boire du thé. Elle préparait à chaque fois des gâteaux, mais elles se faisaient toute de la politesse « ils sont délicieux, mais je vais en prendre qu'un » avec le regard affamé. L'avantage ? C'était qu'on pouvait se goinfrer de gâteaux, parce qu'il y avait toujours eu des restes.

Je fis rouler la cigarette entre mes doigts. Il faisait calme, là, c'était tout ce dont j'avais besoin. Walter était un survivant d'un autre genre. Je baillai à m'en décrocher la mâchoire ; je n'étais pas tout le temps doué pour faire la conversation. J'avais mes humeurs, même si la plupart du temps, je préférais raconter des blagues, ou faire l'idiot. Le pire ? C'était lors des conversations sérieuses, et que je m'amusais à faire des grimaces pour déconcerter mes interlocuteurs. J'ai les sourcils très souples, tu sais, ça ? C'est ce qui rend ma gueule de clown aussi expressive. D'ailleurs, je haussai un sourcil en jetant un coup d'oeil vers un des serveurs. Je me demandai soudain si Walter avait déjà joué au jeu de cartes Pokémon. Bah... mes decks étaient chez moi, de toute façon. Je n'y avais plus jamais rejoué depuis...

Pfff.

« Quoi de neuf, Walter ? Les affaires ? La famille ? »

La remarque était pour la forme ; je savais qu'il n'avait pas de famille.

✓ Sujet Sain ✓
Walter J. McKenzy
Race : Humain
Age : 32 ans
Puissance :
C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Left_bar_bleue3 / 103 / 10C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Right_bar_bleue

Emploi, occupation : Propriétaire d'un bar (et magouilleur)
Voir le profil de l'utilisateur
#4003 - Re: C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] - Posté le Lun 8 Juil - 12:49.
C'est une histoire de pilier de Bar.
Walter et Lionel ont encore la gorge sèche.



La bestiole devait vraiment avoir une sale gueule pour qu'il en parle ainsi.  Rapidement, un verre de Whisky coca fut posé devant Lionel, pour qu'il cesse de gindre en réclamant sa boisson. C'était épuisant, les gens qui réclamaient. Mais en même temps, cela restait son fond de commerce après tout. Walter était, et resterait probablement un homme d'affaires toute sa vie. Les choses étaient ainsi. On survit comme on peut ici.  Il espérait juste ne pas tomber sur un vampire, un méta ou un flic qui se mettrait en tête d'arrêter son petit commerce en coupant à la tête.  Il tenait à son cou, tout de même, et il choisissait ses deals avec soin.

« Tu sais que ce n'est toujours pas gratuit, pas vrai ? » souffla Walter en désignant la boisson du regard. Il le voyait venir.. il lui faisait souvent le coup, de tenter de se faire offrir des verres, sous prétexte qu'ils se connaissaient. Ce n'était pas la seule personne en soi, il fallait bien l'avouer, et même si il arrivait à Walter de faire des cadeaux, c'était rarement pour les beaux yeux d'un homme qui serait capable de vider sa cave en une soirée si il le laissait faire.

Puis vint la question de politesse.  Il ne tiqua pas particulièrement quand il parla de famille. Il n'avait aucun ressentiment la dessus. Papa et Maman étaient mort de la TC.  Sa tante avait voulu jouer les mères mais n'avait jamais réellement réussit à remplir ce rôle.. alors, il ne s'en souciait pas tant que ça.


« Les affaires vont bien, si ça t'intéresse. »  Un sourire. Walter aussi était quelqu'un d'assez expressif, dans son genre, bien que largement plus poli que son comparse. C'était nécessaire si on voulait rester en vie.. surtout lorsque l'on fréquentait ces vampires et des métas particuliers. Alpha et Master... C'était synonyme de profondes embrouilles, et il le savait.

« J'ai croisé un photographe.. il fait du bon travail, si tu as besoin de te faire tirer le portrait, un jour. »
Il n'y avait pas que ses photos, qui lui avait plus, il devait bien l'avouer. Walter n'avait jamais vraiment fait de distinction entre les sexes, sexuellement parlant, alors, au vu de la jolie bouille de Shaun Kallen, il avait envie de tenter sa chance...  Même si le photographe avait l'air de vouloir maintenir une relation professionnelle avec lui, Walter aurait certainement du mal à ne pas le courtiser... Si il y parvenait, déjà. Parce que lui et le romantisme, ce n'était pas tout à fait ça.

« Et de ton côté ? Des choses à raconter à l'exception d'une chasse au rongeur qui tourne mal ? »  
✓ Sujet Sain ✓
Lionel Lamb
Race : - Humain
Age : - 42 ans
Puissance :
C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Left_bar_bleue3 / 103 / 10C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Right_bar_bleue

Emploi, occupation : Détective privé
Voir le profil de l'utilisateur
#4006 - Re: C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] - Posté le Lun 8 Juil - 17:15.

Dernière édition par Lionel Lamb le Dim 14 Juil - 15:20, édité 1 fois
C'est une histoire de pilier de Bar ft.Walty

« Tu me brises le coeur, je pensais que notre amour allait au-delà de l'argent et de l'alcool. »

Fis-je en plaquant mes deux grandes mains sur la poitrine, la tête en arrière, comme si Walter venait de porter un coup de poignard dans le coeur. Je remuai ensuite les épaules, et je reposai les coudes en fixant le verre. La lumière se reflétait dans le Whisky, on pouvait y voir les néons, les lampes, le plafond. Je l'attrapai et je fis tourner le verre entre mes doigts. Vu comme j'étais maladroit, c'était un coup pour le faire tomber. Je ricanai d'ailleurs, écoutant d'une oreille Walter. Je finis par m'asseoir sur le tabouret, j'en avais un peu marre d'être debout. J'ouvris d'ailleurs davantage les boutons de ma chemise ; j'avais vite chaud, moi. On y voyait les démarcations de ma barbe, et quelques poils dépasser. J'avais plus de fourrure que bien des métamorphes sous forme humaine ; j'aurais pu vendre sur le marché noir ma quantité de poils pour arrondir mes fins de mois.

Pfff... je raconte n'importe quoi.

Walter me parla d'un photographe, je fronçai les sourcils. Le monde n'était pas suffisamment petit pour qu'il connaisse le petit, pas vrai ? Je ne mentionnai pas son prénom. Je me contentai de répondre dans un rire grave :

« Je note, ça sera utile pour mon enterrement. »

J'aimerais que la dernière personne à voir sous terre ne soit pas mes proches. Pas même mes parents. Plutôt moi. Une fin comme ça, c'était bien.

Je finis par avaler une gorgée de Whisky cola, sans répondre. Le mélange des saveurs me fit tousser. Tiens, c'est rare ça. Je claquai le verre sur le comptoir, tandis que je sentis mes poumons me brûler. Je raclai ma gorge, une fois, deux fois, jusqu'à ce que cette toux disparaisse. Bordel, j'espérais que ce n'était pas un rhume ! Parce que ça... ça me ferait chier. Et t'as pas envie de me voir malade, je suis du genre à en faire des tonnes, à faire semblant d'avoir un AVC toutes les dix minutes, juste pour que la petite infirmière s'occupe de moi. Mais ça faisait des années que je ne l'avais pas à mes côtés.

Je clignai des yeux, la toux passée. Je fis mine ensuite de réfléchir. Quand je venais ici, ce n'était pas pour m'épancher ; je n'étais pas du genre à parler de mes problèmes, ou de mes états d'âme. Tout au juste, c'était une suggestion, mais ça n'allait pas plus loin. J'aimais bien Walter, et son bar, mais quand je me rappelai de la demie-portion que j'avais rencontrée, des années auparavant, j'avais l'impression de revenir d'une autre dimension. Plus j'essaye de me souvenir, plus j'interprète les choses, et cela perd en saveur. Peut-être que Walter n'avait pas été aussi mal au point, peut-être qu'il n'avait pas été si malingre.

« Si t'as envie d'entendre une bonne histoire... je suis ton homme. Laquelle tu veux, Walter ? La cynique ? La mignonne ? Je vais te payer ce verre en histoire, ça te fera toujours un truc à mettre sur ton ardoise. »

✓ Sujet Sain ✓
Walter J. McKenzy
Race : Humain
Age : 32 ans
Puissance :
C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Left_bar_bleue3 / 103 / 10C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Right_bar_bleue

Emploi, occupation : Propriétaire d'un bar (et magouilleur)
Voir le profil de l'utilisateur
#4011 - Re: C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] - Posté le Mar 9 Juil - 21:39.
C'est une histoire de pilier de Bar.
Walter et Lionel ont encore la gorge sèche.



Toujours aussi théâtral, le Lionel. Face à cette mise en scène, Walter ne pu s'empêcher d'esquisser un sourire amusé, et de légèrement lever les yeux aux ciels. Comme on dit, les affaires sont les affaires, et cela n'avait vraiment rien à voir avec l'affection qu'il pouvait lui porter. Si il commençait à se montrer trop tolérant avec tout ceux qui le connaissaient de près ou de loin, il pourrait tout aussi bien passer la clé sous la porte directement.

Toujours aussi déprimant aussi, par moment.  La tombe n'était jamais bien loin, et tout le monde d'un peu censé le savait, dans cette foutue ville. Non pas qu'ils aient des tendances suicidaires, quoi qu'il avait quelques doutes, parfois, concernant Lionel. C'était le genre de type qui semblait être prêt à l'accueillir, à n'importe quel moment, bien trop imprudent pour son propre bien, et auto destructeurs.. Du moins, c'était l'image qu'il revoyait, certains soirs.

Il grimaça en le voyant tousser, s'écartant un peu pour ne pas qu'il lui tousse dessus. C'était con mais les vilaines toux lui faisaient toujours peurs, surtout après son épisodes, avec la TC. Ses parents en étaient mort.. et lui même avait faillit en crever. Il se souvenait encore le la douleur, lorsqu'il toussait jusqu'à en cracher du sang et en vomir, et que la fièvre ne voulait pas redescendre. Il se voyait déjà le pied dans la tombe, à ne plus se réveiller, du jour au lendemain. Mais ce temps était derrière lui. Les vampires avaient fait leur boulot, et l'avaient soigné. Aujourd'hui, il était en vie. Santé de fer, moral d'acier.. mais toujours une certaine crainte des toux, et des différents signes de maladie. Il était hors de question qu'il meurt tué par un virus ou une bactérie. Pas après tout ce qu'il avait traversé.


« Fais gaffe à ne pas mourir sur mon comptoir.. Je ne voudrais pas avoir à me débarrasser du corps. »

Une mauvaise blague.. pas si fausse. Il préférait ne pas avoir à traiter ce genre de cas. Les corps attiraient toujours les regards. C'étaient ainsi. Mais il n'avait aucun doute sur la ténacité de Lionel à finir son verre. Lorsqu'il parla de le payer en histoire cela dit, il ne pu s'empêcher de hausser un sourcil. C'était un peu son truc, les histoires. Il en avait parfois à raconter, mais il préférait les écouter. C'était peut-être à cause de son manque de culture qu'il ne pouvait s'empêcher de s'intéresser aux différents récits de vie ainsi.. Alors, il du avouer qu'il trouvait l'idée alléchante, bien que, techniquement, il ne pouvait pas considérer ça comme un prix.

« ….hum... Avec un autre que moi, ce genre de plan ne passerait pas, tu sais.. ? »

Il se doutait qu'il savait, oui. Ce n'était pas pour rien qu'ils se fréquentaient. Walter écrasa sa clope dans le cendrier, à proximité.

« La cynique, pour commencer. Et si elle me plaît, peut-être que tu auras droit à un second verre. »  
✓ Sujet Sain ✓
Lionel Lamb
Race : - Humain
Age : - 42 ans
Puissance :
C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Left_bar_bleue3 / 103 / 10C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Right_bar_bleue

Emploi, occupation : Détective privé
Voir le profil de l'utilisateur
#4018 - Re: C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] - Posté le Mar 9 Juil - 23:47.

Dernière édition par Lionel Lamb le Dim 14 Juil - 15:21, édité 1 fois
C'est une histoire de pilier de Bar ft.Walty

« Je mourrais en héros, alors. »

Parce que j'aimais avoir le dernier mot, et que j'étais fort dans ce domaine. Walter avait peut-être compris mon petit jeu, mais ce n'était pas grave. Dans tous les cas, la mort ne me faisait pas peur ; en effet. Mais bon... j'avais vu pas mal de trucs ces derniers temps, qui changeait la donne. En tout cas, l'alcool était un bon compagnon ; grâce à lui, je devenais plus joyeux, moins bourru. Les choses étaient moins importantes, je me souciais moins du loyer, de mes enquêtes, ou de la mort. Ouais. Non, tu te trompes ; ce n'était pas ce que tu crois. Une histoire, hein ?

« Tu ne me la feras à l'envers, Walter, je sais que tout ça, c'est pour mes jolis yeux. »

Je posai un coude sur le comptoir, je plongeai mes yeux dans le Whisky Cola, à nouveau. Ensuite, je caressai ma barbe de trois jours. J'aimais bien gratter le début des repousses, c'était rigolo. Elle avait eu l'habitude de le faire, tu sais ? Quand je venais de sortir de la douche, tous ces trucs de couple. Une bonne histoire ? J'étais en train de froncer les sourcils, en faisant une demie-grimace, concentré. En plus, l'enjeu était grand ! Tu te rends compte ? Je pourrais finir vivre plus vite, avec un portefeuille encore garni.

« Tu connais l'histoire du grand-oncle Oswald ? »

Je ne pense pas, c'était un secret de famille.

« Mon grand-oncle Oswald, c'était un sacré bonhomme. Il faisait le meilleur fromage de sa région, il était tellement bon que tout le monde se l'arrachait. Mais on a fini par lui piquer la recette, la preuve ? Est-ce que tu connais la fromagerie Oswald ? Bah non. Mais heureusement, il ne s'est pas laissé faire. Il s'en est sorti, parce qu'après avoir fait faillite de son entreprise de jambon de Parme, le Grand Oncle Oswald s'est mis à chasser le dragon. Il a été d'ailleurs le meilleur chasseur de sa région. Tu ne me crois pas ? Mais tu vois bien qu'il n'y a plus de dragons, roh. Le Grand Oncle Oswald, une fois qu'il a tué tous les dragons a décidé d'épouser la fille du maire. D'ailleurs, tu sais que Meiland aurait dû s'appeler Oswaldville ? Je t'assure que si. Mais il a préféré laisser la gloire, d'ailleurs, si tu vas fouiller les archives de la ville, il est certain que tu retrouveras le nom du Grand Oncle Oswald. Enfin... après avoir bien vécu, et avoir donné six fils et six filles à sa femme, le Grand Oncle Oswald a décidé de partir au Japon. Comme tu le vois, il n'est pas revenu. Tout ça pour dire que le Grand Oncle Oswald a marqué les histoires, mais son nom s'est effacé peu à peu. »

Je racontais mon histoire en faisant de grands gestes, ma voix tonnait jusqu'à faire trembler les murs dans les moments les plus dramatiques. Je faisais une belle gymnastique des sourcils, haussant le gauche, fronçant le droit, tandis que je m'épanchais sur la vie du Grand Oncle Oswald. A la fin, je laissai un moment de pause, histoire que Walter puisse digérer un peu. Je regardai le verre, puis je relevai les yeux sur lui. Un sourire moqueur sur le bord des lèvres :

« Mais... il est resté une rumeur sur le Grand Oswald : c'était un menteur avéré. »

J'avais inventé cette histoire pour mon frère ; il avait chopé la varicelle pendant les vacances, et comme il s'ennuyait...

✓ Sujet Sain ✓
Walter J. McKenzy
Race : Humain
Age : 32 ans
Puissance :
C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Left_bar_bleue3 / 103 / 10C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Right_bar_bleue

Emploi, occupation : Propriétaire d'un bar (et magouilleur)
Voir le profil de l'utilisateur
#4019 - Re: C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] - Posté le Mer 10 Juil - 0:31.
C'est une histoire de pilier de Bar.
Walter et Lionel ont encore la gorge sèche.



Oh, Walter était capable de beaucoup de choses, pour de jolis yeux. Mais ces derniers temps, les yeux qui le faisaient craquer appartenaient à un certain photographe blondinet.  Il avait du mal à ne pas repenser à sa bouille, et au fait qu'il serait prêt à beaucoup de choses pour ne serait-ce qu'un rendez-vous avec lui. Avec Lionel, c'était différent. Le lien, le contexte, les choses en générales étaient différentes. Mais oui, il lui arrivait de céder, parfois, d'être moins intransigeant en sa présence qu'avec ses autres clients, pour une raison très simple : aussi pitre soit-il, Walter appréciait sa compagnie.

Puis vint l'histoire. Walter l'écouta, en haussant un sourcil. Il devait bien admettre qu'en tant qu'animateur en centre de loisir, Lionel aurait certainement fait fureur. Il donnait vie à son histoire, par sa voix, par ses gestes, presque comme si il y croyait, malgré toutes les choses exubérantes qui étaient dites.  Mais Walter n'était plus un enfant. Il continua de le contempler, lors du silence qu'il avait instauré, attendant la chute. Lorsqu'elle vint enfin, il continua de le fixer en silence encore un instant, avant que ses lèvres ne se fendent, moqueuses et qu'il ne laisse échapper un rire léger.


« L'histoire était vraiment pas terrible.. ! » se moqua t-il « Mais on peut dire que tu as le sens de la chute. »

Walter attrapa la bouteille de Whisky, se resservant un verre.


« Honnêtement, tu ferais fureur après des enfants. Si jamais tu cherches une reconversion je suis certain que tu ferais fureur dans les goûtés d'anniversaires »

Ou alors il leur ferait peur, après avoir vidéo le bar de leur chère maman et après avoir fait valdinguer le chien. Mais après tout, on ne pouvait pas être parfait. Il posa la bouteille sur le comptoir, et porta son verre à ses lèvres, histoire de ne pas rester la gorge sèche. Peut-être que si lui même avait des enfants, il pourrait s'amuser à raconter ce genre d'histoire.. Son père, pour les souvenir qu'il en avait, était un peu de se genre là. Un grand gaillard, toujours le sourire aux lèvres, qui tentait sans cesse d'amuser son fils, et de le mettre de bonne humeur, comme si les larmes d'un enfant était la pire chose qui pourraient lui arriver. Walter doutait sincèrement de son côté d'avoir les qualités d'un bon père. Lionel les avaient, lui. Elles étaient bien enfouit sous une bonne couche d'alcool et de regret, mais elles étaient bien là.

« Mais c'était drôle. Même si.. je suis assez peu sensible à la fiction. Je préfère les histoires vraie. Tu devrais y penser, la prochaine fois. »

Parce qu'au fond, il savait qu'il y en aurait une, de prochaine fois. C'était toujours comme ça. Il finissait toujours par revenir profiter de l'endroit, peu importait l'heure, même si Walter n'était pas toujours présent. Les histoires de vie étaient.. à son sens.. les plus pertinentes, et celles qui avaient le plus à lui apporter. Alors, c'était naturel pour lui de les préférer à n'importe quelles autres, car il y avait toujours à apprendre de l'histoire de quelqu'un... Mais tout le monde n'était pas disposé à en parler.  
✓ Sujet Sain ✓
Lionel Lamb
Race : - Humain
Age : - 42 ans
Puissance :
C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Left_bar_bleue3 / 103 / 10C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Right_bar_bleue

Emploi, occupation : Détective privé
Voir le profil de l'utilisateur
#4020 - Re: C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] - Posté le Mer 10 Juil - 1:40.

Dernière édition par Lionel Lamb le Dim 14 Juil - 15:22, édité 1 fois
C'est une histoire de pilier de Bar ft.Walty

« Tu déconnes ? C'est la meilleure histoire de TA vie, j'en suis certain. »

M'écriai-je, de ma grosse voix grave. Je repris une gorgée de Whisky Cola, je me léchai les lèvres d'ailleurs. Le mélange sucré et sec me plaisait assez, et puis, au fur et à mesure, la joie s'emparait doucement de moi. Mes épaules se détendaient, ma respiration était plus calme. Je tapotai le verre avec l'index, pensif, en me rappelant du nombre de fois où j'avais raconté cette histoire. Un grand frère, ça fait n'importe quoi quand ça veut faire sourire son petit frère. D'ailleurs, la mention des enfants me fit tiquer. Je grimaçai, haussant un sourcil écoeuré.

« Jamais de la vie. Pas envie de passer mon temps à nettoyer du vomi. En plus, le pire ? Imagine si les mômes m'apprécient. La fin de la fin. »

Je me raclai la gorge, en faisant remonter ma pomme d'Adam. Walter n'avait personne, non ? Enfin... dans le sens où il n'y avait plus de famille. Mort. Bah... c'était des choses qui arrivaient ; je pouvais paraître cruel, et j'étais le mieux placé pour savoir ce qu'il en était, mais je n'arrivais pas à m'émouvoir. C'était une capacité que j'avais perdue à cause de l'armée. Bref. Une autre histoire ? Je crois que Walter trouvait ma voix diablement sexy pour me pousser à raconter de plus en plus de connerie.

« Bon... je vais te parler de mon premier amour. »

Suspens. Nah, je ne parlais pas de « cette fille-là » qui était morte du TC pendant que j'étais dans l'armée. Mais de mon vrai premier amour. Je laissais Walter accuser le choc, il devait se dire « Kwâ ? C'est trop pas vrai ? » avec une petite voix aiguë. Enfin... j'aimais bien imaginer des trucs débiles. Et puis, sortir les gens de leurs rôles habituels, ça faisait du bien. Je jetai un coup d'oeil à ma blessure, je la sentais palpiter. J'avais mal, c'était supportable, mais le bandage avait déjà rougeoyé.

« C'était un soir de pleine lune, il faisait une nuit noire. J'avais seize ou quinze ans. »

Lâchai-je sur un ton grave, en employant le regard du mec comptant raconter une histoire d'horreur. Je repris d'un ton plus mesuré, la voix plus grave.

« C'était Halloween, je crois bien, tout le monde était venu déguisé dans le quartier. Mon frère était là, il était en train de serrer une nana, mais moi... bon. Je vais pas te décrire la merveilleuse étape de mon adolescence, mais j'étais plus le geek qui parlait Pokémon et Magic. Donc je n'intéressais personne, jusqu'à ce que je la voie. »

C'était de notoriété publique que j'étais hétéro.  

« Une belle brune, comme je les aime, avec une sacrée tignasse bouclée, et le teint hâlé. Une beauté orientale ; c'est ce que j'ai pensé. Elle m'a souri, je lui ai souri, et on a dansé ensemble. C'était un peu ridicule parce qu'elle était quand même grande, mais bon... ce n'était pas grave. C'était tendre, et mignon, comme des ados. Je crois que son nom était Fredda, elle était un peu plus âgée. J'ai réussi à lui rouler une pelle, t'y crois ça ? »

Moment de battement. J'ai le souvenir un peu vague, douloureux. Ma main tremble un peu, à cause de la morsure. Le pansement a bougé, il est humide, un peu rouge.

« Mais tu ne le croiras jamais. »

Je cachais quelques détails, comme les regards insistants sur le couple étrange qu'on avait formé, et les ricanements.

« On m'a appris... genre quand on est retourné à l'école que c'était en fait... Il. »

Silence.

Tombé de rideaux !

✓ Sujet Sain ✓
Walter J. McKenzy
Race : Humain
Age : 32 ans
Puissance :
C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Left_bar_bleue3 / 103 / 10C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Right_bar_bleue

Emploi, occupation : Propriétaire d'un bar (et magouilleur)
Voir le profil de l'utilisateur
#4021 - Re: C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] - Posté le Mer 10 Juil - 2:14.
C'est une histoire de pilier de Bar.
Walter et Lionel ont encore la gorge sèche.



Visiblement, il n'appréciait pas que l'on critique son histoire. Peut-être qu'elle était importante pour lui.. Walter n'aurait su le dire.  Mais sa réaction, aux enfants, l'amusa. C'était assez prévisible, tout de même, et pour le blond, il était évident que Lionel aurait eut un succès fou auprès des mioches, volontairement, ou non.  C'était ainsi. Certaines personnes avaient le truc. Tout simplement.  

Puis, il enchaîna sur une autre histoire, probablement pour s'assurer l'accès au verre supplémentaire promis par le patron puisque la première histoire ne semblait pas avoir atteint son but. Walter plissa légèrement le regard lorsqu'il aborda le sujet de son premier amour. C'était déjà quelque chose de plus personnel.. et de potentiellement plus intéressant à ses yeux. Il n'était pas outré ou quoi que se soit. Après tout, tout le monde à ses histoires de cœurs, qui se produisent et s'achèvent de façon aléatoire. Chaque histoire en disait un peu plus sur la personne qui la racontait. Est ce que Walter avait toujours des choses à apprendre sur Lionel ? Peut-être. Après tout, les gens ne se connaissent jamais vraiment.

Le ton de sa voix avait changé.. Un ton plus grave. Walter ne pouvait pas le nier : Lionel avait une qualité indéniable de conteur d'histoire, pour son plus grand plaisir.
Halloween, cette fête, il l'avait fêté quelques fois, lorsqu'il était gosse, mais il avait perdu le goût de certaines festivités du genre pendant la guerre, trop occupé à chercher comment survivre plutôt qu'à s'amuser. C'était ainsi. A présent, les choses étaient différentes, et l'idée de porter un costume horrifique le temps d'une soirée ne lui paraissait plus si absurde. Il ne comprit pas tout les détails, notamment lorsqu'il parla de cartes pokemon et Magic. Il avait les bases de l'éducation, mais il n'était pas aller suffisamment à l'école pour s'éprendre que quelque chose comme ça. Mais le fond, lui, était parfaitement compréhensible. C'était une mignonne rencontre, et histoire d'amour. Une histoire de danse, de premier baiser.. Cela avait quelque chose de mignon, et de presque romantique.


« Je peux comprendre que ça a du te faire un choc, sur le moment. Il n'y a pas eut trop de brimades, derrière ?  »  

Les « ils » dérangeaient souvent, lorsqu'ils étaient pris pour des « elles », surtout entre ado. Ils ont la moquerie facile, les gamins. Le mot blessant, créant facilement des complexes. Et lorsque les illusions se brisent, le retour à la réalité est souvent brutal.
Le regard de Walter accrocha la main tremblante de Lionel. Il n'allait pas bien. Il perdit un peu son sourire.


« ...T'as désinfecté correctement au moins.. ? La gueule des bestioles est pleine de saloperie. »

Un anti inflammatoire aurait pu être une option.. mais les médocs faisaient rarement bon ménages avec l'alcool.  

« Je peux m'en occuper correctement, au besoin. »
 
✓ Sujet Sain ✓
Lionel Lamb
Race : - Humain
Age : - 42 ans
Puissance :
C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Left_bar_bleue3 / 103 / 10C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Right_bar_bleue

Emploi, occupation : Détective privé
Voir le profil de l'utilisateur
#4028 - Re: C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] - Posté le Mer 10 Juil - 12:04.

Dernière édition par Lionel Lamb le Dim 14 Juil - 15:22, édité 1 fois
C'est une histoire de pilier de Bar ft.Walty

« Je ne sais pas, je ne l'ai jamais recroisé depuis. Je ne sais même pas si on était dans le même lycée. »

Tu remarqueras que j'ai évité d'employer un pronom genré ; il ? Elle ? C'était compliqué ces trucs-là. On va la jouer sécuritaire, et on ne va pas se prendre la tête. N'empêche, je me demande ce qu'elle était devenue. Les adolescents pouvaient être horribles entre eux, et je n'avais pas été une exception. Enfin, je ne pense pas avoir dit quelque chose de réellement méchant à quelqu'un gratuitement, mais je n'avais jamais eu vraiment de filtre. Avec les filles, ça n'avait pas passé. Il faut les soigner, ces créatures. Quand elles te demandent ton avis, ce n'est pas ton avis qu'elles veulent, c'est que tu ailles dans leur sens. Tu crois que je n'avais jamais compris cette règle tacite ? Bah si. Sauf que du coup, quand elles voulaient mon avis, je leur en donnais. Quitte à dire à mon ex que sa robe moulante moulait surtout ses bourrelets.

Tu dois certainement comprendre pourquoi je suis célibataire, et que je le reste.

Walter... je pense qu'il était du genre plus passionné au lit qu'à son comptoir. Les mecs propres sur eux, c'était ce qui marchait avec les nanas. Dans mon monde, on est hétéro par défaut, comme lorsque dans un jeu vidéo, on est un homme par défaut à la création du personnage. Donc, étant donné que je ne l'avais pas vraiment vu batifoler, il était hétéro. Par défaut. Bref. Donc, je ne savais pas si Walter avait quelqu'un, mais... je ne sais pas. L'intuition ? Il arrivait que les filles me traitent d'animal, et cela n'avait rien à voir avec mes capacités exceptionnelles au pieu, mais parce que j'avais un instinct assez fin. Oui.

« Ouais, laisse tomber, j'ai juste un peu mal. Et pas d'infirmière dans le coin pour me faire un bisou magique. »

Lançai-je avec humour. J'ouvris et je refermai la main plusieurs fois, sentant la plaie se tendre à chaque geste. Je tripotai un bout du bandage, et j'essayai de le remettre correctement. Ce n'était pas facile de se soigner avec une seule main, mais au moins, l'armée m'avait un peu débarrassé de ma gaucherie naturelle. Fallait juste que je pense à regarder la plaie de temps en temps. Je soupirai, et je tirai sur ma cigarette pour gorger mes poumons de nicotine.

« Et toi ? Quoi de beau ? Ah... »

Je vidai mon verre cul sec, ouille.... l'alcool m'était passé de travers, et je me remis à tousser. Ça passa plus vite que la première fois, et je me frappai la poitrine. Une fois que ce fut bon, je claquai le verre sur le comptoir, et je fis signe à Walter que je voulais la suite. Je n'étais pas venu ici pour rester sobre.

« J'ai fini mes préliminaires, un rhum ambré mon garçon. »

Avec un sourire à la fois charmeur et moqueur.

Ça allait passer nickel.

✓ Sujet Sain ✓
Walter J. McKenzy
Race : Humain
Age : 32 ans
Puissance :
C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Left_bar_bleue3 / 103 / 10C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Right_bar_bleue

Emploi, occupation : Propriétaire d'un bar (et magouilleur)
Voir le profil de l'utilisateur
#4052 - Re: C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] - Posté le Jeu 11 Juil - 13:05.
C'est une histoire de pilier de Bar.
Walter et Lionel ont encore la gorge sèche.



Le lycée... Walter songea qu'il n'avait jamais vraiment eut l'occasion d'y aller. Après tout, les humains avaient vu leur population chuter en flèche entre la TC et les attaques de Métamorphes. Même si aujourd'hui, les choses étaient bien plus calmes, l'humanité étaient passé par des périodes de troubles plus ou moins intenses, et beaucoup de jeunes de la nouvelle génération n'avaient pas eut l'éducation qu'ils méritaient.  C'était ainsi. L'écart entre les classes s'étaient terriblement creusé. Il y avait les humains importants, qui ne manquaient de rien et qui étaient presque choyé par les races surnaturelles, puis il y avait eux, les gamins des rues qui se battaient sans cesses contre la mort. Walter faisait parti du club des chanceux.  Il resterait en vie encore un moment, et il le savait. Ce genre d'injustice avaient toujours fait parti de l'histoire de l'espèce humaine.. Les êtres surnaturels et la maladie n'avaient fait qu'accélérer les processus.

« Si jamais ça ne s'arrange pas.. joue pas au con, okay ? »

C'était bête mais les gueules des bestioles, il ne fallait pas jouer avec ça. C'était plein de bactérie, et dur à soigner, puisqu'il ne fallait pas faire de point. Le pire, c'était lorsqu'ils avaient de grandes gueules, comme celles des métamorphes. Le trou laissé par chaque dent était terriblement profond, et la plupart du temps, l'amputation en règle était préconisée pour éviter septicémie.

Il lui sortit un nouveau verre, pour ne pas mélanger les goûts entre les boissons. C'était un geste simple, mais qui permettait d'avoir une meilleure appréciation des saveurs. Vu ce qu'il fumait, Walter doutait que Lionel ai encore beaucoup de goût, mais c'était important, pour lui même, que la boisson ne soit pas biaisée par un geste aussi anodin. Il posa le verre devant Lionel dans un sourire.


« Pour ta charmante histoire. »

Le dernier « gratuit » de la soirée. C'était bien suffisant.  

« De mon côté... ? Hum... »

Il fit semblant de réfléchir, avant qu'un sourire ne se dessine d'avantage sur ses lèvres.

« Tu vois le photographe dont je te parlais tout à l'heure ? Et bien... il est particulièrement mignon. C'est le genre de personne que j'inviterais bien à Dîner... très honnêtement. »  

Et d'ailleurs, il avait décidé de faire parti de ses clients régulier, juste parce qu'il avait apprécié leur échange. Il avait fait une liste, de plusieurs idées qu'il pourrait lui proposer, pour des projets communs.. bien qu'au fond, ce que Walter voulait vraiment s'éloignait beaucoup du simple intérêt photographique.

« … Mais c'est le genre de personne à calibrer le moindre de ses gestes, et la moindre de ses paroles. Le genre de personne qui a des choses à cacher. »

Walter se doutait que le détective face à lui se doutait d'où il voulait en venir. Le blond avait un petit côté stalker sur les bords, lorsque quelqu'un l'intéressait vraiment. Il avait besoin de tout savoir de la personne, pour savoir où il mettait les pieds, et comment lui plaire. Le truc, c'est qu'il était vraiment rare, que quelqu'un capte son attention, ainsi. La plupart du temps, il enchaînait les rencontre juste pour le corps, mais jamais pour l'âme, et parlait assez peu de ses conquêtes. Là, c'était différent.

« … Combien tu prendrais pour mener une petit enquête sur lui ? »

 
✓ Sujet Sain ✓
Lionel Lamb
Race : - Humain
Age : - 42 ans
Puissance :
C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Left_bar_bleue3 / 103 / 10C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Right_bar_bleue

Emploi, occupation : Détective privé
Voir le profil de l'utilisateur
#4054 - Re: C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] - Posté le Jeu 11 Juil - 13:45.

Dernière édition par Lionel Lamb le Dim 14 Juil - 15:23, édité 1 fois
C'est une histoire de pilier de Bar ft.Walty

« Je suis solide, Walter. J'ai fait l'armée ; j'ai connu pire. »

Pour la petite histoire, j'avais déjà dû nettoyer une plaie à l'éponge à frottant de toutes mes forces. Sur le genou, une belle plaie ouverte, infestée de cailloux et de terre... bah ça fait putain de mal. Une expérience à ne pas reproduire chez soi, mais bon, ce n'était pas une blessure de chihuahua qui allait me faire peur. Juste à surveiller, parce que je ne savais pas où sa gueule avait traîné, s'il avait léché mémé ou s'il avait reniflé son propre caca... Ouais, bon, penser comme ça, ça ne faisait pas envie. Mais c'était l'autre-la ! Qui me mettait ces idées dans le crâne.

« J'apprécie. »

Lui signalai-je lorsqu'il changea mon verre. Tout propre, tout neuf ; il faut respecter les alcools. Je repoussai mon verre de Whiskey Cola, et je tapotai mon doigt sur celui de rhum ambré. Mon estomac n'allait pas apprécier, mais ce n'était pas une chose dont j'avais envie de me soucier. J'étais bien là, j'avais le regard un peu vitreux, mais la douleur se faisait boire par l'alcool que j'ingurgitais. Je ne savais pas si je pouvais considérer Walter comme un ami ; j'avais peu de proches. J'avais arrêté de me lier aux gens, car au bout d'un moment, on les perd. Mais je l'appréciais, pour son sens de la débrouillardise, et pour ses conversations. D'ailleurs, on en était au moment où on allait échanger sur nos aventures. Un photographe ?

« Quoi ? T'es gay, toi ? T'as pas une tête de gay. »

Quoi ? C'est homophobe ? Mais non... j'étais surpris, j'avais le droit, hein ? Je venais gagner une place dans son coeur pour qu'il me confie un truc pareil, non ? Un photographe ? Roh. Je haussai un sourcil, en continuant de fumer. J'enveloppai la pièce de l'odeur de mes Gitanes. La surprise passée, je l'écoutais à mon tour. J'avais compris plus ou moins où il voulait en venir, même si... je ne sais pas. Surveiller les faits et gestes d'une personne qu'on convoitise ? Ça laisse peu de place au naturel de la chose, non ? Ce n'était pas le premier à me demander des informations sur quelqu'un qu'il avait en vue, mais... je ne pouvais pas m'empêcher de tiquer. Je haussai un sourcil en le fixant, un peu blasé.

« Nous avons tous des choses à cacher. »

Affirmai-je en me levant. Sans prendre sa permission, j'allai attraper un cendrier pour écraser mon mégot. La fumée s'éleva dans les airs, et je repris place sur le tabouret. Je n'avais plus mon visage expressif, mes sourcils avaient cessé leur gymnastique habituelle ; j'étais brusquement plus sérieux. Walter m'intriguait, mais je ne soutenais pas ce genre de procédés.

Mais... business is business, comme on dit. Je n'étais pas le mieux placer pour donner des leçons de morale, toutefois... tu crois que c'était mon genre de fermer ma gueule ?

« Je vais te donner un conseil, joli coeur. »

Je me tournai de trois quarts vers lui, un coude posé sur la table.

« Les gens auront toujours des choses à te cacher, et c'est normal, on a besoin d'avoir nos petits secrets, tu vois ? Ton gars est peut-être psychorigide, il a peut-être besoin de calculer le moindre de ses gestes pour se trouver un certain équilibre. Si tu fouilles dans son passé, tu vas peut-être apprendre des trucs que tu ne voudrais pas, tu vas peut-être creusé son jardin secret, et après ? Tu vas faire quoi ? Calibrer ta personnalité et essayer de lui plaire sans être toi-même. Et s'il découvre que tu as mené ton enquête sur lui ? Tu crois que tu pourras instaurer une relation de confiance ? Eh s'il n'aime pas les hommes ? Et si tu ne l'attires pas ? Ne deviens pas un malade jaloux. J'en ai connu, hein, des mecs qui payent pour espionner leurs femmes, c'est ces mêmes mecs qui finissent par les frapper. »

Je savais de quoi je parlais. Je marquai une pause, je pris une profonde inspiration que je bloquai dans ma poitrine. Je poussai ensuite un profond soupir.

« C'est quoi son nom ? »

✓ Sujet Sain ✓
Walter J. McKenzy
Race : Humain
Age : 32 ans
Puissance :
C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Left_bar_bleue3 / 103 / 10C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Right_bar_bleue

Emploi, occupation : Propriétaire d'un bar (et magouilleur)
Voir le profil de l'utilisateur
#4055 - Re: C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] - Posté le Jeu 11 Juil - 14:12.
C'est une histoire de pilier de Bar.
Walter et Lionel ont encore la gorge sèche.



Un rire s'échappa des lèvres de Walter lorsqu'il paru choqué par ses... préférences. Ce n'était pas qu'il était gay. Il aimait juste les corps, hommes comme femmes, et Shaun avait un corps particulièrement doux à ses yeux. Puis.. il avait l'impression d'avoir senti un truc.  Il n'était peut-être pas détectives, mais observer les gens, c'était son truc.. surtout lorsqu'il jouait au cartes. Savoir lire en eux était important si on voulait espérer gagner.  Et Walter adorait jouer. Néanmoins, il comprenait sans mal où voulait en venir Lionel.. Peut-être qu'il s'emballait un peu trop.. peut-être qu'il devrait essayer d'apprendre la plupart des choses par lui même.

« Je n'accorde pas beaucoup d'importance au sexe de mes partenaires.. Je pensais te l'avoir dit.. mais ce n'est pas comme si c'était important. »

Walter écouta ensuite ses mises en gardes avec attentions. Oui, il ne fallait pas franchir certaines limites, quand bien même il en avait envie... Il y avait certains désirs auquel il ne pouvait pas répondre. Mais il aimait ce qu'il avait vu chez lui. Pas simplement son corps.. Ses attitudes.. ses gestes.. Les vertus qu'il avait cru distinguer sous ce masque. Mais les questions qu'il lui avait posé ce jour là. Il avait sentit ce malaise.. Qu'il y avait quelque chose.. de plus que du simple hasard.

« Lionel.. Je comprends ton inquiétude.. et dans les faits.. Je ne m'attends pas à ce que tu me fasses un résumer de sa vie, ou de ses goûts et de ses habitudes.. Et si il ne veut pas de moi, je le laisserais tranquille, et je sais que tu ne te gêneras pas pour me le dire, si je fais de la merde...Comme là. »

Et Lionel avait raison de lui dire. Walter, dans le fond, restait un gosse. Sa vision de l'amour n'était pas complète. Comment pouvait-elle l'être ? Il n'avait jamais fait une priorité de ce genre de sentiments dans sa vie.

« Ce que je veux savoir surtout... C'est pourquoi il est venu dans cette ville... et si il a tendance à s'approcher d'individu dangereux. Je me doute que ce n'est probablement rien de grave mais.. J'ai besoin d'en être sûr. »  

Parce qu'il savait qu'il était venu à Meiland pour des raisons personnelles. Meiland n'était clairement pas un lieu touristique ou très commerçant. C'était un lieu de tension, et de risques. Et Walter ne pouvait pas se sortir de la tête que le jeune photographe avait, sous ses airs de bon garçon... un comportement à risque.

« Il s'agit de Shaun Kallen, le patron de l'Immortal Catches qui a ouvert il n'y a pas longtemps, dans le centre. »  
✓ Sujet Sain ✓
Lionel Lamb
Race : - Humain
Age : - 42 ans
Puissance :
C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Left_bar_bleue3 / 103 / 10C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Right_bar_bleue

Emploi, occupation : Détective privé
Voir le profil de l'utilisateur
#4057 - Re: C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] - Posté le Jeu 11 Juil - 14:35.

Dernière édition par Lionel Lamb le Dim 14 Juil - 15:24, édité 1 fois
C'est une histoire de pilier de Bar ft.Walty

Peut-être que Walter me l'avait dit, peut-être que pas... Dans tous les cas, je n'avais pas souvenir de ça. Fallait pas me confier ce genre de bombe quand j'étais plus ou moins éméché. Bah ouais, je finissais par les oublier, et j'aimais assez les commérages pour vouloir me rappeler de ce genre de trucs. Bref. Le petit photographe, je me demandais à quoi il ressemblait. Un mec pan ou bi ou je sais pas quoi, ça aimait quoi ? Les barbus comme moi ? Ne rigole pas, ça m'était déjà arrivé de me faire draguer par des mecs ; c'est très malaisant quand ça arrive. Bon... ça fait toujours plaisir de plaire, hein, je ne le cache pas, mais je ne mets pas mon pénis dans n'importe quoi, je te l'ai déjà dit.

Walter comprenait... bon, c'était déjà ça de gagner. J'émettais quand même des réserves, j'étais un peu partagé entre mes besoins — payer le loyer et la bouffe — et mes principes — si si j'en avais. J'avais plus envie de surveiller Walter que son petit amour, là... parce que je trouvais ça inquiétant, voilà tout ! Bon... Il comprenait, mais est-ce que c'était suffisant ? Je me rallumai une cigarette, j'étais en train de me déconcentrer à cause de l'alcool. Je pris le verre de rhum, je le fis tourner entre mes doigts, en observant le remous du liquide. Je sentais son odeur d'ici, mélangé à celui de ma cigarette. Je le portai enfin à mes lèvres, et j'en savourais la première gorgée...

Avant de la recracher aussitôt.

J'ai fait tuyau d'arrosage pour le coup, j'ai avalé une partie du rhum — de travers — et j'ai renvoyé l'autre moitié devant moi. J'avais essayé de me retenir, j'avais fait tout ce que j'avais pu, mais j'étais un homme faible. Je ne pouvais pas encore retenir une régurgitation, je n'avais pas assez de level, là. Une partie du rhum s'écoula de mes narines, et j'émis un « putain de merde » qui résonna dans toute la salle. Les serveurs m'ont regardé, je les ai regardés, et l'un d'eux eut assez de bon sens pour m'apporter un mouchoir. J'essuyai mon nez, la table, et je râlai. Ça... c'était du rhum gâché !

Je déposai ma clope dans le cendrier, je pris plusieurs inspirations. Parce que le plus important, ce n'était pas tant le rhum gâché, mais bien ce que Walter venait de m'apprendre. Shaun ? MON SHAUN ? Oui... enfin « mon »... euh... ouais bon, ça sonnait étrange comme ça, mais euh... je peux tout expliquer. Shaun. Putain de merde. Tu vois ? Là, si j'avais été suffisamment saoul, j'aurais regagné toute ma lucidité en un coup. Je conservais le silence, agacé et désarçonné. Shaun quoi. Qu'est-ce que je pouvais raconter à Walter ? Que oui, Shaun ne trainait pas dans des affaires très propres ? Mais je n'allais pas parler dans son dos, hors de question.

Je poussai un soupir en claquant le verre sur le comptoir. Je me frottai le visage en remuant les sourcils, et je passai la main dans ma tignasse épaisse.

« Ton Shaun, je le connais assez bien. »

Je crois que Walter avait déjà compris, ma réaction avait été assez... précise ? Qu'est-ce que je pouvais lui dire ? Qu'il enquêtait de son côté sur les métamorphes ? Comment je l'avais rencontré ? Raaah... je me sentais mal à l'idée de dévoiler à Walter le passé de Shaun.

« C'est un gentil gars, ouais. Eh mignon. Oui. »

Haha...

Je me sentis désespéré d'un coup.

✓ Sujet Sain ✓
Walter J. McKenzy
Race : Humain
Age : 32 ans
Puissance :
C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Left_bar_bleue3 / 103 / 10C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Right_bar_bleue

Emploi, occupation : Propriétaire d'un bar (et magouilleur)
Voir le profil de l'utilisateur
#4089 - Re: C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] - Posté le Jeu 11 Juil - 23:44.
C'est une histoire de pilier de Bar.
Walter et Lionel ont encore la gorge sèche.



Le nom du photographe fit l'effet d'une bombe. Littéralement. Il avait suffit qu'il le prononce pour que Lionel ne recrache tout l'alcool qu'il avait dans la bouche. C'était assez drôle, comme spectacle, hurlement, fluide sortant par tout les les orifices.. un tordu aurait pu trouver cela aguicheur.. mais ce n'était pas le cas du blond. Walter haussa un sourcil à sa réaction, ne s'attendant pas vraiment à ce qu'il soit choqué à se point par le nom de ce jeune homme. Alors, ils se connaissaient. Voilà qui compliquaient les choses. Walter poussa un soupir, laissant le serveur s'occuper de l'affaire alors qu'il essuyait ce qui lui avait atterrit dessus. C'était dégueulasse, mais il n'appréciait pas particulièrement Lionel pour sa délicatesse.

Ce nom le troublait. Un constat que faisait Walter en l'observant. Du coup, il allait pouvoir s'asseoir sur sa demande.. C'était évident.. Mais jamais il n'aurait cru que ces deux là se connaissaient. Tout les opposaient, pourtant. D'un côté, il y avait Shaun, un jeune homme fin, et délicat qui prenait soin de lui jusqu'au bout des ongles..et de l'autre.. il y avait Lionel.. L'ancien de l'armée, alcoolique, bourru et poilu incapable de prendre une douche correcte. Non.. vraiment, il n'aurait pas pu faire le rapprochement tout seul. Il n'y avait que peu de possibilité. Au vu de la façon dont il avait réagit... ils étaient proche. Il n'aurait pas recraché son verre comme ça, pour un simple client. Cette idée l'inquiétait quelque peu... Parce que Lionel était un gars qui attirait la merde, par moment.
Et la confirmation orale tomba.


« … Je vois. »

Walter attrapa son propre paquet de clope, assez... agacé. Agacé de se dire que les deux se connaissaient, et qu'il ne pourrait rien tirer de Lionel le concernant.. et agacé surtout de se dire qu'au vu de son arrivée récente à Meiland, Shaun ne perdait pas de temps à se fourrer dans les embrouilles.

« Je ne te forcerais pas à m'en parler.. Si c'est un proche. »

C'était clair, net. Il ne voulait pas que Lionel s'attire des emmerdes aussi de son côtés. Il tira sur la cigarette longtemps, réfléchissant à toute vitesse. Cette nouvelle le touchait un peu, lui aussi. Mais pour qui il se prenait au juste ? Shaun n'était qu'un jeune homme qui l'avait prit en photo.. et sur lequel il s'était mit à craquer. Pourtant... Il ne pouvait s'empêcher d'avoir envie d'être présent pour lui... et de le protéger.. C'était bête.. mais son cœur fonctionnait ainsi. Il baissa le regard dans une expiration.

« … Promets moi juste que tu ne le laisseras pas se mettre dans la merde, s'il te plait.. Et si jamais il y a besoin.. Sache que je serais là. »

Walter était sérieux. C'était con pourtant.. Il se sentait.. investit pour quelque chose qui ne le concernait pourtant pas. Mais il avait.. le pressentiment que les choses ne s'arrêteraient pas là.. Pas tant que Shaun Kallen ne l'aurait pas clairement repoussé, du moins.  
✓ Sujet Sain ✓
Lionel Lamb
Race : - Humain
Age : - 42 ans
Puissance :
C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Left_bar_bleue3 / 103 / 10C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Right_bar_bleue

Emploi, occupation : Détective privé
Voir le profil de l'utilisateur
#4090 - Re: C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] - Posté le Ven 12 Juil - 0:17.
C'est une histoire de pilier de Bar ft.Walty

Walter n'alla pas plus loin.

Bon... Tant mieux, car cela me soulagea quelque peu. Je ne trouvais pas ça moral d'exposer à Walter la situation du petit. Ni comment je l'avais rencontré, car... je ne voulais pas le mêler à mon travail. Certes, nous avions des points communs, et il nous arrivait de faire affaire ensemble. Pas dans ce sens-là. Les secrets de Shaun étaient gardés, et si Walter en voulait plus, il n'avait qu'à se lier d'amitié avec lui. Et le draguer de façon convenable. Sérieusement ? C'est quoi ça ? Vouloir fouiller dans la vie des gens plutôt que de flirter, comme ce que toute personne normalement constituée ferait ? On ne demande pas à un détective privé d'enquêter sur la vie privée d'un inconnu. À part si Walter attendait autre chose.

« Je ne vais pas y aller par quatre chemins. »

On va quand même prendre son temps pour terminer le rhum, parce que je n'étais pas vraiment sûr que Walter prenne bien ce que j'allais lui dire. Certes... il était adulte et tout, mais on ne connaissait jamais les gens. Je remontai correctement mes manches, je jetai un coup d'oeil à ma main. La blessure me lançait, mais c'était largement supportable. C'était con, parce que je l'appréciais pour ce qu'il était, le Walter. Il n'était pas tout à fait honnête - je ne peux pas dire ça d'un mec qui a gagné aux cartes son bar -, il n'avait pas vraiment de gens à qui s'attacher - à quel point Shaun allait changer ça ? -, mais il n'était pas mauvais. Et parfois, le boulot d'un Lionel, c'est de rentrer dans le lard des gens, et leur dire, quand ça va trop loin.

« Je ne te dirais rien sur lui, car ce n'est pas correct vis-à-vis de lui. C'est un grand garçon, pas une petite fleur fragile que tu vas pouvoir protéger. Là, t'es juste foufou parce que tu as un début de béguin, mais ça va s'atténuer. C'est cool pour toi, je suis ravi, et tout et tout... mais c'est un grand garçon. Tu aimerais qu'on fouille ta vie privée, toi ? Si les raisons de sa venue dans cette foutue ville t'intriguent, tu n'as qu'à lui demander. Hé... tu es au courant que deux êtres vivants... c'est fait pour communiquer ? Donc, tu te prends en main, au pire, tu l'invites au resto, s'il te fout un vent, tu passes à autre chose, et basta. Sinon, tu lui poses toutes les questions que tu veux, et tu agis comme un adulte. Pas comme un ado de seize ans qui se prend pour un poète maudit, à se languir de sa belle. »

C'était dit. J'avais essayé de faire un peu plus attention, et de me montrer un peu moins incisif. Je poussai un soupir, et j'avalai une gorgée de rhum. Je me sentis fatigué, j'avais le front moite. Avec l'alcool, mon corps se réchauffait. Je toussotai en émettant un grognement, puis j'ajoutai :

« Ne me force pas à te faire davantage la morale. Si tu as peur pour lui, tu peux aussi être franc avec ça. C'est normal de s'inquiéter, mais il ne faut pas que ça dépasse un certain seuil, hein ? »

Pfff...

Pourquoi je me retrouvais dans une situation aussi merdique ? Pourquoi c'était encore sur moi que ça tombait ? Walter ne pouvait pas être juste amoureux de Joséphine, la crémière à grosse poitrine un peu sotte ? Hé... ne me fais pas ces gros yeux, on a tous fantasmé sur une fille pareille à l'adolescence.

« Et ne t'en fais pas, garder un oeil sur lui, ça fait partie du plan depuis un moment. »

Que t'es con... Lionel. Pourquoi ne profites-tu pas de la situation pour te faire payer à boire sans craindre de piocher dans le loyer ? Hein ?

Crétin de détective, ça te perdra.

✓ Sujet Sain ✓
Walter J. McKenzy
Race : Humain
Age : 32 ans
Puissance :
C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Left_bar_bleue3 / 103 / 10C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Right_bar_bleue

Emploi, occupation : Propriétaire d'un bar (et magouilleur)
Voir le profil de l'utilisateur
#4286 - Re: C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] - Posté le Mer 24 Juil - 22:54.
C'est une histoire de pilier de Bar.
Walter et Lionel ont encore la gorge sèche.



Lorsqu'on le regardait dans son aspect général, Lionel était une épave. Un gouffre immense séparait les deux hommes, et n'importe qui d'à peu prêt censé aurait dit que Walter était celui des deux qui avait le mieux réussit. Il avait l'argent, les relations, et quasiment tout ce dont n'importe quel idiot pouvait rêver. Pourtant, il y avait une chose que Walter n'avait pas : la maturité sentimentale et le recul sur les choses. Walter était un gosse qui avait grandit seul. Il avait du se fixer ses propres règles, ses propres limites sans avoir de réels mentors sur qui s'appuyer. Et jusqu'ici, faire ainsi, selon son instinct, lui avait plutôt bien réussit. Mais Lionel, lui, avait vécu une autre vie, bien plus proche des autres et de la réalité. Il en avait entendu, des histoires. Il en avait vu, des couples se fracasser la gueule les un après les autres.. il savait reconnaître lorsque quelque chose était toxique, et, à cet instant, il sentait que le regard que Walter James McKenzy portait sur Shaun Kallen n'était pas ce qui se faisait de plus sain. Walter était un homme raisonnable, quand il le voulait. Il savait écouter les conseils, et tirer des enseignements de ses erreurs. Et l'attirance, pour un autre être humain, était quelque chose qu'il peinait à appréhender.

Il avait toujours été attiré par les corps. Homme, femme, quelle importance ? La seule chose qui comptait vraiment était de ne pas risquer sa peau pour un coup de rein superficiel. Mais des corps, il en avait touché. Des bouches, il en avait embrasser. Mais, pour ce qui était d'éprouver une réelle affection pour quelqu'un, Walter peinait à l'exprimait. Ce n'était pas la première fois qu'il éprouvait cette attirance, pour quelqu'un. C'était à la fois de l'affection... mais aussi un challenge. Il voulait la personne... partiellement parce qu'elle se refusait à lui.. et il en était de même avec Shaun. Lionel avait raison. Ce qu'il ressentait, ce qu'il voulait n'était pas réellement quelque chose de positif.. mais il désirait, sincèrement apprendre à le connaître davantage.

Lionel n'avait pas tord sur un point. Walter agissait de façon immature, et il devait se reprendre. C'était assez dur à accepter pour Walt, de se faire remettre en place ainsi, mais il savait que le détective avait raison. Le sourire du blond avait disparu. Ce n'était jamais facile de se faire remettre à sa place ainsi. Il poussa un soupire, s'avouant vaincu à demi-mot après cette remontrance.


« Tu n'as pas tord. J'agis comme un gamin. »

Il se servit un verre de plus, qu'il avala quasiment d'une traite.


«  Je l'apprécie, vraiment. » souffla Walter, le regard un peu vague. Ce n'était jamais facile de parler de ce que l'on avait à l'intérieur. « Et j'ai envie de faire ça correctement avec lui. Mais je ferais gaffe... à ce que ça ne dépasse pas un certain seuil, comme tu dis. »

Ce qu'il y avait de bien, c'est que ce qu'on lui disait tombait rarement dans l'oreille d'un sourd. Il écoutait. Il s'adaptait. C'était une bête curieuse, qui survivrait certainement longtemps. Mais son affection pour le photographe venait le parasiter comme du sable entre des engrenages. Les mots de Lionel le faisaient réfléchir. Mais peu importe comment il tournait la chose... il était bien trop possessif affectivement pour laisser simplement les choses se faire. Il songea vaguement que Lionel n'était pas la bonne personne, à qui parler de cette relation particulière... alors, il s'abstiendra probablement la prochaine fois.

« Et de ton côté ? Comment vont les amours ? »

Il ressentait le besoin de lui renvoyer la balle, probablement parce qu'il n'avait pas envie qu'il continue à se la jouer moralisateur.  
✓ Sujet Sain ✓
Lionel Lamb
Race : - Humain
Age : - 42 ans
Puissance :
C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Left_bar_bleue3 / 103 / 10C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] Right_bar_bleue

Emploi, occupation : Détective privé
Voir le profil de l'utilisateur
#4289 - Re: C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] - Posté le Jeu 25 Juil - 1:59.
C'est une histoire de pilier de Bar ft.Walty

Que Walter ne fasse pas seulement gaffe, qu'il le fasse. Tout simplement. Je ne savais pas si j'avais envie de voir Shaun dans ses bras... Mauvaise intuition, tout ça. J'avais du flair, tu sais ? Je ne répondis pas. Je haussai les épaules en terminant de siffler mon verre. Je retroussai mes lèvres sur ma dernière gorgée, en serrant le poing sur le comptoir. Oups... j'avais été un peu vite en besogne, là, un peu comme un ado qui demande à la fille qui l'intéresse s'ils peuvent aller faire un tour aux toilettes. L'alcool et moi, c'était un peu ça. J'espérais que ce n'était pas aussi trop le cas de Walter. Qu'il ne se voit pas déjà marié à Shaun, ou je ne sais trop quoi, parce que pour le coup... ça serait vachement tordu. Je soupirai, et je jetai plusieurs regards autour de moi.

Walter... tu vois, c'est le genre de mec que tu veux avoir dans ton équipe, lorsqu'il y a une attaque de zombies. T'es à peu prêt sûr qu'il ferait tenir le troupeau, avec un peu de bon sens, et une petite oreille attentive. Mais... t'as pas envie de jouer à Koh Lanta avec lui. Ouais, référence du vieux monde, mais c'était un peu ce que je ressentais avec lui. Je pensais l'avoir assez bien cerné ; après tout, je l'avais vu évoluer avec les vampires au fil des années. Et j'ai du flair.

Ah. Et bien sûr, tu me veux dans ton équipe, hein. En tant qu'artilleur, ou modérateur pour résoudre les Daddy Issues des plus jeunes. J'aurais dû mettre ça dans mon CV, à l'époque où je cherchais du boulot, alors que je passais plus de temps ivre que sobre. Même lorsque je baisais mon ex.

Valait mieux avoir quelques grammes d'alcool dans le sang pour la supporter au lit.

« Moua ? »

Je grimaçai. Ah... on était au moment où on échangeait sur nos relations sexuelles, comme deux bons amis bien virils ? Sauf que ma vie sentimentale était aussi vide que mon frigo, après l'hiver. Je ne m'attendais pas à me faire retourner la question. Avais-je seulement donné l'air de vouloir y répondre ? Bof.

« La routine. »

Ce qui voulait tout et rien dire. J'aurais pu faire encore longtemps la conversation à Walter, mais je sentais la fatigue arriver. Pour ma sécurité, il fallait que je rentre ; on ne savait jamais avec les animaux et les vampires.

« Je vais d'ailleurs retrouver ma donzelle préférée : mon lit. Il grince de temps en temps, c'est suffisant, et surtout : il ne plaint jamais. »

Ouais... c'était une grosse remarque de beauf, mais... bon... Je ricanai salement. Je tapotai le comptoir ; j'estimais avoir payé mes dettes. Au pire, Walter allait mettre ça sur mon ardoise, comme d'habitude. Je m'éloignai, et avant de disparaître, je lui tirais — littéralement — ma révérence.

Rideau !



KEEP ON HAUNTING ME

ANAPHORE
Contenu sponsorisé
#0 - Re: C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb] - Posté le .

C'est une histoire de pilier de Bar. [Lionel Lamb]

Partagez