Trois camps, une ville, tout peut arriver . . .
Á Meiland, le calme n'est que de surface. Décimés par l'épidémie mondiale du siècle, les humains peinent à garder le contrôle de la ville face aux métamorphes. Ces animaux capables de prendre forme humaine n'ont pas l'intention de rendre les territoires qu'ils ont acquis. L'alliance avec les vampires permet pour l'instant d'équilibrer les forces, mais les intentions de ces derniers sont parfois loin d'être louables.Dans cette petite ville isolée du reste du monde, il suffirait de bien peu pour mettre feu aux poudres...
Meiland

Trois camps se disputent la ville de Meiland ✖ forum yaoï ✖ avatar 200x400


forum rpg yaoi fantastique futuriste post-apo guerre loups garous métamorphes vampires humains
 

La détente de l'âme et du corps

♣ Efkairía ♣
avatar
Race : Gypaète Barbu
Age : 123 ans
Puissance :
9 / 109 / 10

Emploi, occupation : Alpha
Voir le profil de l'utilisateur http://meiland.forumactif.com/t280-the-phoenix-s-return
#2919 - La détente de l'âme et du corps - Posté le Mer 28 Nov - 23:22.
La détente de l'âme et du corps
Des rumeurs circulaient en ville depuis quelques temps déjà. Qui les avait propagées ? Il était difficile d’avoir des pistes sûres pour en avoir la réponse. La seule chose que les gens connaissaient était ce surnom : H. Ces rumeurs n’épargnaient personne, ni aucune race, ni l’argent, ni le statut ne changeait quoi que ce soit les concernant, tout le monde était ciblé. Il était même difficile de déterminer si elles étaient vraies, en tout cas, une chose était certaine, elles étaient nuisibles pour le vague équilibre qui régnait à Meiland.
Ainsi, Vasilis n’y avait pas échappé, il devait d’ailleurs gérer les conflits qu’avaient engendré les rumeurs le concernant tout en faisant de son mieux pour obtenir autant d’informations (ou plutôt indices) que possible afin de trouver une piste fiable qui lui permettrait de découvrir l’identité de H. Ce n’était pas rien, toutes ces affaires lui prenaient un temps monstre et l’épuisaient petit à petit. Il en venait même à regretter d’être revenu dans cette ville anglaise bien qu’il fût convaincu d’être le seul à pouvoir aider son clan dans une pareille situation.
La fatigue tirait ses traits, de nouvelles cicatrices apparaissaient sur son corps, mais rien de tout cela ne l’atteignait vraiment car il savait qu’il devait faire quelques sacrifices pour parvenir à ses fins. Il en venait même à ne plus sentir la douleur tirailler le long de ses jambes et marteler ses pieds alors qu’il errait en ville pour la énième fois pour régler quelques problèmes. Cependant, s’il vagabondait au centre-ville cet après-midi-là, ce n’était pas pour les affaires comme il avait pris l’habitude de faire, mais bien pour se détendre. Il en avait sérieusement besoin et pour cela, rien ne valait un moment agréable avec un compagnon et par n’importe lequel ! Le jeune ours avec qui il avait rendez-vous avait ce quelque-chose de terriblement plaisant et apaisant. Sa sympathie commençait presque à lui manquer même si ce n’était pas l’unique qualité qu’appréciait le charognard. Pour l’occasion et contrairement à ses habitudes, il s’était habillé des plus simplement : un long manteau épais noir et une écharpe gris clair couvraient son haut beige et une grande partie de son pantalon noir. Pas de costard bien que ce soit son habit préféré. Probablement était-ce dans le but de facilité les choses en cas de nécessité… Ou plutôt de désir, dans ce cas. En soi, il n’espérait qu’une chose : pouvoir discuter autour d’un verre ou d’une tasse avec son ami norvégien, mais il savait pertinemment qu’il n’arriverait que difficilement à se contrôler.
Malgré sa tenue plutôt décontractée, il restait soigné dans son apparence, ses cheveux étaient bien coiffés à l’aide de gel, sa montre à gousset en or était dissimulée dans la poche intérieure de son manteau, il avait même pris le temps de se parfumer avec du parfum spécial pour métas. Il en mettait peu, préférant mettre du parfum d’humains, mais il ne voulait pas déranger Björn avec cela. Son bolo était dissimulé sous son écharpe et son holster dans lequel était rangé un large couteau, bien caché sous son long manteau.

Cela faisait une bonne demi-heure qu’il patientait devant le café, non pas que l’ours était en retard, mais le gypaète barbu s’y était rendu en avance et avait préféré rester à l’extérieur. Il s’était retenu de fumer pendant tout ce temps pour la même raison qui l’avait poussé à se parfumer que légèrement. Il s’était assuré de la présence de son couteau, celle de son carnet et avait fait tourner de nombreuses fois son alliance autour de son annulaire, ceci dit plus par réflexe que par une quelconque culpabilité. Son plus grand passe-temps avait été d’observer les personnes aller et venir dans la rue, ses sens en alerte par précaution. Ses yeux repérèrent chaque expression et visage qui avait ce quelque chose de fascinant alors que ses oreilles percevaient différents bruits et intonations de voix plus ou moins désagréables. Il trouvait cela assez curieux de voir ce contraste entre quelque chose de visuellement beau et ces sons qui pourraient lui donner une migraine.
Enfin il les entendit, ces pas si attendus et si familiers – il faut dire qu’ils se voyaient assez fréquemment, Björn était d’ailleurs un des rares hommes que Vasilis voyait plus d’une fois pour des rapports intimes. Sa tête se redressa immédiatement et un sourire s’étira sur son visage, incapable de cacher son soulagement et sa joie. Il passa rapidement une main sur ses yeux fatigués puis s’approcha, n’hésitant pas à l’enlacer chaleureusement dans un geste amical. Il s’écarta pour l’observer de la tête aux pieds puis le reprit contre lui, humant doucement l’odeur qui émanait de ce corps qu’il avait plusieurs fois serré dans ses bras.

« Bonjour, Björn.

Il lui donna quelques tapes affectueuses avant de le convier à entrer dans le café sans le quitter du regard ni perdre son sourire.

- On dirait que cela fait une éternité que nous ne sommes pas vus, tu sembles en forme ! Allons nous trouver une table, nous pourrons discuter posément.

L’Alpha entra à la suite de son partenaire et puis désigna une table un peu à l’écart des autres. Il se dévêtit, gardant toutefois son écharpe, trop frileux pour s’en séparer. Il héla un serveur pour passer commande, choisissant un thé noir qu’il appréciait particulièrement, ce n’est que lorsque l’employé s’éloigna qu’il reposa son attention sur le méta solitaire, de façon légèrement différente que précédemment… Moins amical. Il n’avait pas honte de ses relations mais préférait les garder discrètes pour ne pas attirer l’attention, après tout, tout le monde savait qu’il était marié bien que ce ne soit pas non plus un secret qu’il préférait les mâles. Il n’assumait sans doute pas assez. Mais là, loin des regards indiscrets, il posa sa main sur l’avant-bras de son cadet, le caressant de son pouce.

- Tu n’imagines pas à quel point j’avais hâte de te revoir.

Un ricanement lui échappa et il reprit d’une voix tout aussi douce et basse :

- Comment te portes-tu ? Tout se passe bien pour toi ? »

© 2981 12289 0

La détente de l'âme et du corps

Partagez |