Trois camps se disputent la ville de Meiland...

Fondateur
avatar
Puissance :
10 / 1010 / 10

Voir le profil de l'utilisateur
#4 - I. Contexte - Posté le Lun 24 Juil - 20:48.
Chronologie



- 1280: Création de Sally (vampire)
...
2075 : début de l'épidémie
2080 : premières tentatives de vaccins
2085 : vaccin efficace
Nous sommes en 2095.



Contexte



Fin du XXIe siècle…

Le monde avait bien changé, évoluant au fil des créations de l'homme. La technologie entre autres avait bien avancé, avec quelques progrès révolutionnaires, avant de finalement se mettre à stagner. Malgré tout, il y avait eu une nette amélioration du bien-être humain... Enfin, tout dépendait du point de vue que l'on prenait : Le fossé entre les riches et les pauvres n'avait jamais été aussi grand. Dans ce monde fortement industrialisé, les multinationales dirigeaient et imposaient leurs lois. Les notions d'écologie et autres belles idées eurent de moins en moins de poids au fil des ans et des siècles. Plus d'espace, plus de richesses, plus de pouvoir : L'homme s'accaparait tout sur cette terre sans aucune considération pour les autres espèces vivantes.

Et puis un jour, les animaux se révélèrent pour se dresser petit à petit face à la bêtise humaine. Pas les bêtes que nous connaissons tous… Celles-ci étaient bien trop primitives pour s'opposer fermement et consciemment à l'humanité. Non, les humains avaient affaire à des êtres à l'apparence humaine capables de prendre la forme d'un animal... Ou plutôt l'inverse... Cette espèce tenait en réalité plus de la bête que de l'homme. Les humains les qualifièrent donc de métamorphes. En réalité, ces derniers étaient passés inaperçu parmi la population humaine. Bien qu'ils soient peu nombreux, plusieurs affirmèrent que les métamorphes habitaient la Terre depuis longtemps déjà! Les humains n'avaient découvert leur présence que bien tardivement...

Ainsi, l'homme aimant spéculer sur les choses qu'il ne connaît pas et qu'il ne maîtrise pas, de nombreuses hypothèses sur leurs origines virent le jour: certains affirmèrent qu'il s'agissait d'une évolution des espèces. N'ayant plus d'espaces naturels suffisants, les animaux auraient évolué pour se fondre dans la masse humaine. D'autres encore pensaient, inversement, qu'il s'agissait d'êtres humains tellement amoureux de la nature qu'ils auraient décidé de ne faire plus qu'un avec elle et auraient obtenu le don de transformation. Plusieurs penchèrent plutôt pour des expériences scientifiques échappées de quelconques laboratoires. Les plus farfelus croyaient qu'il s'agissait d'extraterrestres en mission de reconnaissance... Tant de théories sortirent de l'imagination de l'homme, mais aucune ne put être vérifiée. Aucune trace - encore moins écrite - ne fut trouvée concernant leur naissance, et les métamorphes eux-mêmes ignoraient leur origine. Le mystère resta donc entier.

Cependant, une chose était évidente aux yeux de nombreux humains : la nature semblait vouloir reprendre ses droits. L'arrivée de ces métamorphes était un mauvais présage. Pourtant, au début, on les laissa en paix. Non belliqueux, ils ne s'en prenaient à l'homme qu'en cas d'agressions directes. Les quelques attaques recensées étaient trop rares pour justifier une chasse aux métamorphes. Puisque ces derniers étaient trop peu nombreux et très discrets, et que leur population restait stable et minoritaire, il était bien plus facile pour l'humanité de les ignorer. Peut-être aurait-elle dû s'en soucier? Mais qui aurait pu prévoir à l'époque la suite des événements… 

Non, personne n'aurait pu anticiper la menace qui surgit complètement d'ailleurs. Jugement dernier ou vengeance de la Terre mère contre ceux l'ayant tant meurtrie, l'homme ne fut pour une fois pas à blâmer pour ses bêtises. On disait toujours que la nature était bien faite, qu'elle s'équilibrait seule, sans intervention humaine. Cette théorie n'avait jamais été aussi réaliste. Un juste retour des choses…

Le Teulibonn ou plus couramment appelé le TC, est un virus ayant muté et qui se propageait par voie aérienne. Les scientifiques qui l'étudièrent, à leurs risques et périls, trouvèrent des similitudes avec la tuberculose et la pneumonie. Ce fut d'ailleurs cette ressemblance qui permit à la maladie de passer inaperçue pendant plusieurs années: dans les pays sous-développés, il n'était pas rare d'avoir encore affaire à la tuberculose. De même que dans les pays plus riches, personne ne pouvait réellement échapper à une pneumonie. Ce fut la mortalité bien plus élevée que de normale et la résistance du virus aux vaccins habituels qui poussa la communauté scientifique à s'interroger. La découverte de cette nouvelle maladie fut malheureusement tardive, et le virus avait eu le temps de se développer largement dans la population. Le Tiers Monde fut bien entendu le plus touché: une éradication de masse, principalement causée par le manque d'hygiène et de protection. Mais les pays riches ne furent pas épargnés non plus… Le virus était résistant et volatil, aucun vaccin n'en venait à bout. Il fit des ravages…

Ce fut le moment que choisirent les vampires pour faire leur apparition. Bien moins nombreux que les humains, cachés parmi la population et ne se montrant qu'à de rares élus, ils étaient également présents sur la Terre depuis très longtemps. Ils observaient la société humaine et dirigeaient dans l'ombre. Ils n'étaient pas infectés par le virus, tout comme les métamorphes qui toléraient relativement bien la maladie. Mais maintenant que l'humanité se mourrait, les immortels n'avaient plus d'autre choix que de se montrer. Il en allait de leur propre survie: Si les humains venaient à disparaître, il en serait de même pour les suceurs de sang…

Durant de longues années, les vampires cherchèrent donc une solution. Mais alors que la population humaine déclinait, celle des métamorphes grimpa en flèche. Les vampires s'en alarmèrent, essayant de contenir cet accroissement. Cependant, ils ne purent combattre sur tous les fronts en même temps et se concentrèrent donc sur la recherche d'un remède. Les immortels pensèrent alors pourvoir sauver les humains infectés en transformant chaque contaminé en l'un des leurs. Mais qui aurait pu prévoir un tel échec ? Le virus réagit mal au contact du sang vampirique… Les deux s'entremêlèrent, ne se repoussant pas, et donnèrent naissance à ce qu'on appela communément des goules involontaires. Une nouvelle menace à laquelle chacun dut faire face...

Cinq ans… Ce fut le nombre d'années qu'il fallut pour trouver un remède stable. "Le vaccin n'était pas à cent pour cent efficace, mais il sauva bien plus de vies qu'escompté. Un grand soulagement pour la population mondiale, humaine comme vampire. L'humanité pourrait se reconstruire à son rythme. Parallèlement, les goules furent stoppées et éradiquées. Mais en contrepartie, les métamorphes étaient devenus bien trop nombreux, quasiment autant que les humains survivants. Et êtres territoriaux, ils refusaient de laisser les parcelles de territoire qu'ils avaient conquises. 

Ce fut alors l'exode… Les habitants des petits villages partirent vers les grandes villes, là où l'on parvenait à se protéger des métamorphes, à les repousser. Les villes de plus petite envergure, quant à elles, durent subir leur présence. Des alliances entre humains et vampires naquirent. D'une part, parce que les suceurs de sang réclamaient leur récompense pour avoir apporté leur aide dans la recherche du vaccin. D'autre part, pour offrir leur protection contre les animaux. Bien entendu, jamais sans contrepartie…

Depuis, les trois parties s'affrontent. Les opinions divergent dans les trois camps, qu'elles soient pacifiques, neutres ou belliqueuses. A Meiland, petite ville isolée, les humains ont lutté contre les métamorphes jusqu'à l'arrivée des vampires. Pour ne pas avoir à abandonner la ville et se protéger des bêtes féroces, l'alliance était presque une obligation. Mais malgré leur apparente providence, les humains n'en restent pas moins méfiants : tout comme leurs adversaires à poils, à écailles ou à plumes, les immortels se nourrissent de sang humain… Si le calme est plus ou moins revenu à Meiland, les rues sont parfois encore le théâtre de scènes macabres et sanguinolentes. La tension entre les différentes espèces reste palpable. Une seule petite étincelle suffirait pour mettre le feu aux poudres... et tout faire exploser...



I. Contexte

Partagez |